· 

LES 118 ÉVÊQUES: "TU NE TUERAS PAS"

Analyse de la déclaration des 118 évêques de France.

 

La déclaration des évêques de France du 22 mars 2018, m'incite à proposer mon modeste éclairage sur ces questions de fin de vie qui nous concernent tous. Le sens de la valeur "Fraternité" est ici dévoyé à des fins purement dogmatiques. Depuis 1901 et la séparation de l'église et de l'état, celle-ci n'a pas à s'immiscer dans le débat législatif. Victor Hugo disait : "l'état chez lui, l'église chez elle" !

Tous les ressorts de la mauvaise foi sont convoqués dans l'argument suivant, je cite les évêques : "l'état pourrait-il se contredire et faire la promotion, même encadrée, de l'aide au suicide, tout en développant des plans de lutte contre le suicide". Ce faux paradoxe, cet ubuesque artifice semble émaner de cerveaux retors. Si j'ai bien compris, dans la même optique, je dirais : "comment l'état peut-il lutter en même temps contre la faim et contre l'obésité" ! Absurdité à méditer. Ceci constitue un véritable camouflet à notre intelligence !

 

La transgression de l'impératif civilisateur ,"tu ne tueras pas", est avancée.

Mais, de quoi parle-t-on ? D'aider à mourir par suicide assisté des personnes en fin de maladies incurables, en proie à des souffrances insupportables, à la suite de leurs demandes réitérées et validées par un collège de médecins. Où est l'homicide ? Les évêques vantent les nouvelles dispositions de la loi "Léonetti/Claeys" de février 2016 qui prône un endormissement quelques jours avant la mort naturelle. Problème : comment peut-on entamer ce sinistre décompte à partir d'une date (mort naturelle) inconnue de tous ? Il faut savoir que ce sordide protocole, s'achève par la vue de corps dénutris, décharnés, dont on nous disait, par le passé, qu'ils ne souffraient pas, avant de reconnaître une parfaite méconnaissance de certains paramètres. Je tiens pour coresponsables la hiérarchie catholique dans les actes de tortures et de barbarie infligés à mon enfant. Monsieur le député Jean Léonetti nous a auditionnés en 2008 à l'Assemblée Nationale, au sein de la commission d'enquête parlementaire. Il a qualifié dans son livre "à la lumière du crépuscule", la mort de mon fils de "laisser crever" ! Par quel Dieu, la hiérarchie catholique se croyait-elle missionnée pour avoir condamné (par son insistance à nous empêcher à légiférer) mon fils qui ne pouvait plus vivre (coma végétatif de 8 ans 1/2) à une double peine, celle de ne pas avoir le droit de mourir et celle de subir une agonie cauchemardesque, sans sédation ! Il devenait évident pour moi, que les religions étaient l'antithèse de l'amour, de la foi et de la compassion. Comment leur pardonner les 8 ans 5 mois et 12 jours de douleur de mon fils avec un retour à la vie impossible, avéré par IRM. Imaginez un jeune homme inconscient, trachéotomisé, nourri par sonde gastrique qui, déglutissant à minima, s'étouffait chaque jour dans ses propres glaires. C'est le lot de nombreux patients et cette situation, avec les progrès de la réanimation va empirer. Nous serons laissés pour compte, abandonnés à la frontière de la mort.Les victimes collatérales des progrès de la réanimation deviennent ainsi des objets d'expiation du péché originel pour "les ensoutanés" de toutes obédiences. Voilà un vivier inépuisable de sacrifiés des temps modernes ! Ces drames sont stigmatisés et sous évalués. C'est, en fait, juste la partie émergée de l'iceberg. Partout et de tout temps, le dolorisme fut érigé en vertu chrétienne. Ce fond de commerce est très ancien qui, dans la genèse 3.16, commande aux femmes : "tu enfanteras dans la douleur" !

La pathétique étude (journal Libération du 28/02/2014) de l'équipe clinique de l'hôpital Cochin, sur le cas de 25 enfants, nourrissons grands prématurés non viables, est à cet égard édifiante. Elle est un cri de douleur lancé par des parents, infirmiers, médecins, psychologues : "on a vécu l'enfer", "on arrivait plus à y aller", "cela a duré 18 jours", un médecin avoue : "au bout de 8 jours, la tentation de l'euthanasie devient lancinante"..... "dès que la peau se dégrade, c'est insupportable" !

La tentative d'opposition de l'église aux dons du Téléthon a été une nouvelle manifestation de leur obscurantisme (source Golias du 2/12/2006).

La propension des hauts dignitaires religieux à décliner, à l'absurde, l'inoxydable commandement "tu ne tueras pas", me pousse à analyser en situation, l'application de celui-ci par l'église.

 

La mise en perspective de la notion de justice des évêques.

Passons sur 2000 ans de massacres, croisades, guerres de religions, soutiens de nazis en fuite, shoah rwandaise, j'en passe et des pires, pour regarder plus près, très près, dans le temps et dans l'espace ce qu'il en est aujourd'hui. Combien de vies sont raflées par l'injonction faite aux chrétiens, surtout à ceux qui n'ont pas la chance d'être instruits, de proscrire le préservatif. Cette interdiction, surtout en Afrique subsaharienne, cause de très nombreux décès, dont d'innocents bébés.

L'histoire de l'église catholique contemporaine est jalonnée des "gestes fratricides". La pédophilie des prêtres dénoncée grâce à un mouvement mondial, reléguée en France par les initiateurs de "la parole libérée", reste impunie. Le chapitre 2 de l'enseignement des 12 apôtres commande pourtant : "tu ne souilleras point les enfants" ! Le vrai problème réside dans l'attitude protectrice des criminels qui, pour la plupart, ont avoué leurs crimes. La hiérarchie catholique use de stratagèmes aussi divers qu'offensants pour la communauté des vivants (voir le documentaire du 21/3/2018 sur fr3 "un silence de cathédrale" de Richard Puech encore visible sur le net. Egalement à lire aux éditions J.C. Lattes "l'église, la mécanique du silence"). On peut entendre : "il n'y a pas de péchés sans miséricorde". Or, le pardon n'a rien à faire en matière criminelle. La pédophilie est un crime et relève de la justice. Les criminels sont affectés dans différentes paroisses où certains récidivent. L'un d'entre eux a même été déplacé au Vatican. En 2000, l'évêque du Calvados, Mgr Piquant, écope de 3 mois de prison avec sursis pour avoir couvert les actes pédophiles d'un abbé. A la question des journalistes, sur le parvis du palais de justice : "aujourd'hui le dénonceriez-vous ?", la réponse fut courte et incisive : "non !". Un mois plus tard, il se rend à l'assemblée plénière de Lourdes ou il reçoit une " standing ovation" comme héros qui a résisté à la justice de la République !

Dans la présente déclaration des évêques est insinué que la justice ferait preuve de subtilités juridiques pour étouffer les problèmes de conscience. Il est à parier que celle-ci se montrera moins subtile avec le Cardinal Barbarin au mois d'octobre 2018. Elle n'a en effet que moyennement goûté l'humour du personnage. Mrg Barbarin s'était épanché publiquement sur les vertus salvatrices de la prescription : "grâce à Dieu, les faits sont prescrits" ! Il n'a écopé pour l'instant que d'un sermon au cours d'un procès canonique d'un autre âge. Cette manoeuvre dilatoire était juste un écran de fumée.

Une autre tactique consiste à créer de véritables zones de non droit. L'affaire de Tuam en Irlande, en est une illustration parfaite (Sources : journal "le monde" du 14/6/2014 sous le titre "les fantômes du couvent hantent la ville irlandaise de Tuam"; journal "le Figaro"; journal "le Parisien" et journal "l'Express"). Les cadavres de 796 bébés de 0 à 3 ansont été découverts dans la fosse commune du couvent de Tuam. Nous devons aux travaux d'une historienne locale, Madame Catherine Corless, d'avoir étudié et divulgué cette affaire. Ces bébés étaient nés hors des liens sacrés du mariage et, maltraités, ils mouraient très  jeunes. Ils étaient alors jetés sans sépultures dans une fosse commune. Il s'agissait du si mal nommé "home des soeurs du bon secours". Jusqu'en 1960, les futures mamans étaient contraintes d'abandonner leurs enfants, fruits du péché. L'adoption ou la vente forcée d'enfants à de riches couples américains étaient l'usage. Cette affaire a inspiré le réalisateur Stephen Fears pour son film "philoménia" de 2013. Des témoins encore de ce monde ont témoigné de ces horreurs. Le journal "the guardian" du 4/6/2014 s'interroge à savoir si ces pratiques étaient isolées. Ce "home" était une congrégation de droit pontifical donc, seul le Pape peut intervenir. Malgré des saisines diverses et variées de survivants et d'institutions, rien ne bouge et le Vatican, se terre dans le silence. Voilà un bon moyen de ne pas être obligé d'avoir recours à la subtilité de la justice.

 

Leurs arguments contre une nouvelle loi sur la fin de vie.

Les évêques nous apostrophent sur l'urgence de prendre conscience des manipulations dont nous pourrions être victimes. J'appuie cette mise en garde en soulignant que différentes plateformes gouvernementales et autres présentent les enjeux du débat éthique amorcé par les "états généraux" sur la bioéthique.

La hiérarchie catholique mentionne que "les blessures du corps individuel sont des blessures du corps social" sans jamais le démontrer or, on pourrait aussi bien imaginer que l'intelligence sociale serait une sorte d'articulation entre l'individu et le collectif. La loi que nous espérons est une loi de liberté, elle ne contraint personne.

La parole de ceux qui demandent l'aide active à mourir est décrédibilisée. Les patients sont culpabilisés, infantilisés. Le refus d'accéder à leur requête serait motivé par l'isolement dont souffriraient ces patients et par leur discernement qui serait altéré par la souffrance.

Les évêques dénoncent l'aide active à mourir comme étant, non pas un geste compassionnel et légitime mais, un geste fratricide. Ils s'opposent ainsi à la grande majorité des français, aux 2000 médecins signataires du manifeste pour l'euthanasie, aux philosophes, aux sociologues travaillant sur ce sujet, comme Philippe Bataille.

 

Dans notre pays qui est de culture et de tradition chrétienne, l'attitude psychorigide de notre religion, aussi bien en matière de bioéthique que dans d'autres domaines sociétaux, conduit à une véritable désaffection des fidèles. Ainsi, une guerre de religion moderne qui tait son nom, laisse profiler l'apparition inquiétante d'autres obscurantismes, bien plus cyniques et cruels que ceux que nous connaissons déjà. Selon "psychologie magazine BVA", on pressentait depuis une vingtaine d'années, que religion et spiritualité ne se confondaient plus. Un bon tiers d'entre nous vit déjà une spiritualité à échelle humaine qui répond à nos questionnements métaphysiques et à nos aspirations : la première est celle de la recherche silencieuse du sentiment unique d'exister ; la seconde est celle de se sentir reliés au monde et aux autres.

 

C'est par introspection que j'ai trouvé Dieu et chaque jour je lui adresse cette prière : "mon Dieu, délivrez-nous des religions"!

 

Déclaration des 118 Évêques de France

Commentaires: 112
  • #112

    Paul Morsink (mardi, 01 mai 2018 11:28)

    Je ne proteste nullement contre la publication de la lettre épiscopale catholique. Comme tout organisme, la Communauté Catho a le droit d'émettre son opinion. Ce qui au contraire m'hérisse, est l'emploi de l'expression "Tu ne tueras pas". Il s'agit du 7e commandement des 10. Interprétation immédiate dans l'opinion ordinaire: meurtre. On attendrait un peu plus d'analyse et de compassion des évêques de France. Vu les sondages dans le milieu des cathos, il n' y a pas de meurtriers ou ayant la présomption de commettre un meurtre parmi eux.

  • #111

    Sylvie Hirtz (samedi, 14 avril 2018 13:14)

    Le terme de "mauvaise foi" me semble particulièrement juste en ces circonstances.
    Je ne suis plus croyante, mais j'ai foi en la capacité de l'humain à discerner, à se montrer intelligent , empathique.
    Quelle foi anime ces hommes de pouvoir : évêques, médecins, ministres , lorsqu'ils se refusent à ce point à" voir" l'indignité des conditions de fin de vie dans beaucoup trop de cas? Sont-ils aussi persuadés d'y échapper ? Comment peut-on s'aveugler à ce point?

    Merci pour votre courage.
    Sylvie Hirtz

  • #110

    Geneviève TERCINET (dimanche, 08 avril 2018)

    Définitions du Larousse:
    Tuer: Ôter la vie d'une manière violente (synonymes : assassiner, décimer, massacrer)
    Euthanasie: Mort sans souffrance.
    Que ces petits évêques s'achètent un dictionnaire (l'Eglise a les moyens) avant de chercher à influencer les lois de notre République.

  • #109

    sandra (dimanche, 08 avril 2018 02:09)

    Oui, l'Eglise est pycho-rigide, contradictoire sur bien des points et vide sur d'autres. Comment expliquer qu'elle ait facilitée la mort d'enfants (conçus dans le péché) alors qu'elle refuse la contraception (qui est quand même un des meilleures moyens pour éviter d'enfanter "dans le péché"). Une contraception qui aurait été nécessaire en Afrique pour que des familles déjà pauvres évitent de donner la vie à des êtres dont elles ne peuvent assumer l'éducation. D'ailleurs n'aurait-elle pas dû combattre la polygamie qui entretient maltraitance des femmes et familles éclatées depuis le temps qu'elle existe ? Et quand elle cite le décalogue "Tu ne tueras point", que dit-elle de l'adultère qui aussi est cité comme crime par Moïse alors qu'elle n'a jamais réclamé la mort de ceux qui le commettent (pourtant en Europe, c'est un fléau surtout chez les hommes). Exit aussi le discours sur les animaux avec les abattoirs qui passent leur temps à tuer des milliards d'animaux par an. Alors sur des questions de morale, effectivement, elle s'est beaucoup discréditée. Restent les rituels dont on se demande s'ils ont encore un sens et les prières qui sont pour la plupart sans effet (j'ai déjà essayé comme ma mère et l'on fait le même constat : pas terrible, médiocre même). Seul bémol : elle a raison pour le Téléthon car cette émission finance des expérimentations très douloureuses pour les animaux (paralysie progressive) depuis des décennies dans notre pays sans que les traitements sur la myopathie ait vraiment progressé. Alors Français, arrêter de donner car la TV se moque de votre générosité (d'autant plus qu'il y a tant d'autres assos qui font un travail utile et qui auraient besoin de fonds). Enfin pour terminer, je dirai que l'Eglise pourrait quand même annoncer à l'humanité La Fin du monde étant donné que l'on y est car le règne de la Bête n'a jamais été aussi puissant et la corruption avec les maux qui en découlent sont multiples. Mais plutôt que de faire vivre l'Apocalypse (qui est tout de même le dernier livre sacré), j'ai l'impression qu'elle choisit de l'asphyxier. Quelle foutaise cette Eglise quand même !

  • #108

    Demumieux Claudine (jeudi, 05 avril 2018 11:32)

    Que ces 118 prélats s'adressent à leurs affidés dans le cadre limité à leur Eglise s'ils le souhaitent. Mais qu'ils ne s'avisent pas de vouloir imposer leurs vues obsolètes et iniques à l'humanité entière. Quelle indécence quand on connait les exactions qui jalonnent l'histoire du catholicisme et des religions en général ! Merci madame de nous ramener vers des horizons plus humains et compassionnels. Continuons à nous battre pour que cela se traduise enfin dans une loi juste et éclairée.

  • #107

    Anger Daniel (jeudi, 05 avril 2018 09:35)

    Toujours de tout cœur avec vous, je soutiens votre cause et je persiste dans l'athéisme.

  • #106

    Datchary Philippe (jeudi, 05 avril 2018 09:08)

    Merci DANIELLE ta démonstration est claire et limpide et les faits cites sont irréfutables.Non au sectarisme des religions,soyons des esprits libres et responsables de nos vies ,et que les cent dix huit donneurs de leçons balaient devant leurs portes et restent dans leurs obscurantismes

  • #105

    guillard Yves (jeudi, 05 avril 2018 07:17)

    Moi aussi, à mon petit niveau, je participe à votre combat, pour tout le monde. Et pour moi-même à 77 ans encore en très bonne santé. Mais qu'en sera-t-il dans quelques années. Je me prépare.
    Cordialement,
    Yves Guillard

  • #104

    Philippe MICHEL (mercredi, 04 avril 2018 14:22)

    D’accord avec l’opinion émise que les religieux, les évèques et autres n’ont pas le droit d’intervenir dans le débat législatif à cause de la séparation de l’Etat et de l’église. Cette formulation est brève, abrupte et juridiquement fausse mais socialement solide pour le 21 ° siècle. C’est bien les religieux qu’il faut écarter de ce genre de débat et les laisser prendre leur responsabilité devant les actes de pédophilie commis au sein de leur organisation. La religion c’est autre chose.
    Un laïc ou un « laïcard forcené » a bien le droit pour sa propre réflexion d’intégrer des éléments de notre histoire et donc de notre civilisation « judéo-chrétienne ».
    Dans cette histoire il y a toutes les atrocités commises au nom de la religion...et celles encore commises par telle ou telle religion et ce souvent par des « religieux » fanatiques qui savent bien manipuler certains d’entre les humains...
    La religion, point trop n’en faut.
    Les religieux, à éviter pour construire un avenir solide pour notre humanité.

  • #103

    Jacky Paul (mercredi, 04 avril 2018 09:27)

    Assez de ces interdits, tabous et fatwas d'imams, de rabbins et de toute cette cléricaille catho de plus en plus envahissante!!! Car n'est-ce pas faire preuve d'un orgueil démesuré que de vous prétendre dépositaires d'une vérité supérieure, seule et unique? Votre Lucifer a été banni de votre ciel pour moins que ça! Alors, retournez à vos saintes écritures pour y adorer votre propre image et laissez les êtres humains respirer, vivre et mourir d'une façon plus humaine, non pas en obéissant à des commandements dictés par une pseudo-divinité, mais en appliquant des principes inspirés par la plus simple humanité! Merci.

  • #102

    Isabelle Fleureau (mardi, 03 avril 2018 21:57)

    Votre récit me bouleverse et me révolte. Je suis athée et je n'accepte pas que des religieux obscurantistes et pervers décident de ma vie et de ma mort.

  • #101

    Josette Bernadeau (mardi 3 Avril) (mardi, 03 avril 2018 18:40)

    Merci Madame pour l'esprit et la lettre de votre missive que je partage entièrement.

  • #100

    VERA Paule (mardi, 03 avril 2018 17:47)

    Merci pour votre courrier et tous les commentaires. J'y ajoute le modeste mien : Faire place aux dires des évêques c'est tomber dans leurs pièges ! Développons nos arguments et actions et, suivant V. Hugo = qu'ils se mêlent de leur oignons !!! l'Eglise a fait ses guerres de religion et fait tuer nombre d'êtres humains au nom de ses dogmes et tiroir caisse. Elle n'a aucun droit de dire "tu ne tueras point"!! Œuvrons pour la compassion et l'amour de ceux qui souffrent. ILS ONT LEURS DROITS !!!!. On ne laisse pas souffrir des bêtes, mais les humains oui ?! Arrêtez de faire place à l'entreprise rentable nommée Eglise en discutant avec eux !

  • #99

    Jacques Mazières (mardi, 03 avril 2018 17:36)

    Merci à vous. J’étais présent lors d’une des nombreuses réunions que vous faites à travers la France. Je suis absolument consterné, mais pas surpris d’entendre ces évêques évoquer le sixième commandement du nouveau testament : « Tu ne tueras point ». Il n’y aurait rien à dire sur cette maxime hormis le fait qu’elle s’adresse aux médecins ! Il y a quelques années, des praticiens compatissants aidaient leur patient à mourir ; ils ne « tuaient » pas.
    Je me souviens d’un témoignage de l’abbé Pierre-Edouard de Bruchard à l’époque Curé-doyen de Montereau, apportant sa réflexion sur la fin de vie… « J’ai été le témoin horrifié de souffrances insupportables infligées à des malades dont la mort était reculée de quinze jours ou de deux mois. Je me suis retrouvé au chevet de personnes méconnaissables végétant dans un manque total de dignité. La pudeur m’empêche de raconter l’une ou l’autre scène, mais, au nom de toutes ces personnes, je le demande : que le débat soit ouvert partout ».
    Au cours des nombreux forums d’Associations auxquels j’ai participé, je n’ai jamais eu de remarques blessantes de prêtres qui passaient sur notre stand concernant la fin de vie. Heureusement, tous les religieux ne sont pas des donneurs de leçons ; beaucoup d’entre eux sont en souffrance pour d’autres raisons. Bien sûr, le Pape, et les évêques sont, soi-disant, dans leur rôle mais ceux qui fabriquent des mines qui tuent ou mutilent des enfants sont également dans leur rôle quand leur emploi est menacé !!

    Lorsqu’un médecin « accompagne » son patient, prenant parfois d’énormes risques, même si on ne le condamne pas, on lui brise sa carrière ; par contre, quand une aide-soignante ou une infirmière accompli ce qu’elle n’aurait pas pu faire avec une loi sérieuse, on lui inflige « pour l’exemple », une douzaine d’années de prison ; ces gens là n’ont pas tué. A contrario, lorsqu’un homme d’église abuse d’un enfant, que peut-on rétorquer sinon qu’il a « violé » un être innocent !!

    Quant à Leonetti, ce député qui trouve toujours un bon prétexte pour ne pas répondre aux questions du public lors de ses réunions, mais passe pour un héros qui au moins, a fait quelque chose pour la fin de vie, il est, à mon sens, entièrement responsable de certaines morts dues à ses lois absurdes.

  • #98

    Serge Bouvet (mardi, 03 avril 2018 14:36)

    Merci pour cette contribution.
    Elle résume bien tout ce que j'ai appris à propos de cette secte "qui a réussi" !
    Je partage et lutte contre, à ma manière.

  • #97

    @ndré (mardi, 03 avril 2018 14:30)

    Bonjour

    Merci pour ce travail car écrire est un travail.
    Les religions ont toujours été des outils d'oppression voir des vecteurs
    dans le sens médical du terme .
    Les premières victimes des religions sont les femmes. La chasse aux sorcières en étant un exemple ,on pourra lire à ce sujet :
    https://blogs.mediapart.fr/helene-duffau/blog/080416/caliban-et-la-sorciere-femmes-corps-et-accumulation-primitive.

    On peut tolérer les croyances mais en aucun cas les religions car elles mêmes ne tolèrent pas les mécréants.
    En d'autres temps nous aurions toutes et tous finis au bûché avec notre revendication de décider de notre mort .

    Votre réquisitoire anticlérical prend tout son sens, bien entendu sur la question de la fin de vie .
    Cette question dépend du pouvoir politique ,du pouvoir médical et du pouvoir religieux ,la preuve en est .
    Les différents gouvernements de "droite " comme de "gauche" parlent de laïcité mais ont toujours été de fait proche de la religion catholique en l’occurrence quand ce n'est pas d'autres religions puisque les religions étant dans la domination, sont de fait en concurrence .
    Pourtant la lutte a payé puisque le femmes ont obtenu le droit de CHOISIR en 1975 avec la loi Veil.

    Nous vivons un retour de l'ordre moral et notre lutte, notre combat sera difficile mais comme disait Bertold Bretch."Celui qui lutte peut perdre .Celui qui ne lutte pas a déjà perdu"
    Alors soyons nombreuses et nombreux à nous battre pour notre LIBERTÉ de CHOISIR notre mort .

  • #96

    guillot odile (mardi, 03 avril 2018 12:36)

    entièrement d,accord merci

  • #95

    Annik WEIL (mardi, 03 avril 2018 11:40)

    Merci pour cette lettre qui est un plaidoyer que je souhaite être repris par celui ou celle qui sera habilité(e) à défendre au parlement la proposition de Loi du docteur Touraine ou d'autres propositions analogues

  • #94

    Anne Saillard (mardi, 03 avril 2018 09:58)

    Magnifique, merci

  • #93

    Chris (lundi, 02 avril 2018 23:17)

    Extraordinairement bien "disséqué" ... méritant un tellement grand Merci !


    Je suis, comme très nombreuses personnes maintenant, pourtant profondément chrétienne, croyante, très attachée à la vie (sans aucune envie de suicide, jamais !)...et résolument non pratiquante... , juste à cause de tous ces freins...tellement peu ouverts, tellement "à côté" de la vie... pourtant, remplie de tant et tant hypocrisie...

    L'Eglise au silence assourdissant, faisant "l'autruche" sur tellement de sujets essentiels...par exemple, au sujet de la vie de tant d'enfants ...n'avoir pratiquement jamais entendu "sa voix"...finalement, elle s'en trouve désertée, la confiance n'étant plus pour une majorité de gens !

    Alors ? quelle importance et crédit apporter à son jugement (tellement "à côté"...et tellement sans humanité !?!)

  • #92

    Agnes (lundi, 02 avril 2018 20:32)

    Bravo à vous Madame! Quel courage de parler de cet enfant que vous avez perdu! J'espère que tous les médecins que ont encadré l'agonie de ce petit et de tant d'autres feront bouger les choses avec nous pour qu'au 21ème siècle il ne se passe plus des choses aussi affreuses concernant le départ de tous ces grands malades insoignables.
    Et que l'église cesse de se mêler de choses qui ne la regarde plus.

  • #91

    Blondeau Geneviève (lundi, 02 avril 2018 20:28)

    Tout est magnifiquement dit et tellement vrai . Ne lâchons pas prise ! Restons informés et soutenons le mouvement qui s'organise et aboutira, je l'espère, à une loi dictée par la conscience et non par la religion ! Merci aux instigatrices pour leur énergie et leur ténacité !!!

  • #90

    Brouard Sylvain (lundi, 02 avril 2018 18:28)

    D'accord avec tout ce que vous dites ...
    Mais de grâce, laissez les catholiques entre eux; ça ne me gêne pas qu'un catholique croyant applique ce que son évêque lui dit.
    Ce qui est insupportable, c'est que les évêques veuillent appliquer leur loi à tout le monde, même à ceux qui ne sont pas ou plus catholiques...
    Donc que les catholiques se débrouillent entre eux, et que les autres, non catholiques, athées, non croyants ou dégoutés de la perversité de certains évêques - la quasi-majorité - , aient la liberté de leur choix de fin de vie.
    C'est cela la laïcité au sens de la loi de 1905, nul ne peut imposer ses croyances aux autres !!!

  • #89

    Jean LECOURT (lundi, 02 avril 2018 16:52)

    Bravo pour cette remarquable prise de position contre la duplicité des pouvoirs institués des tartufferies monothéistes. Ils n'ont aucune légitimité à se mêler des lois de notre République, animés qu'ils sont par leur volonté de mainmise sur les libertés et d'aliénation des consciences. Et ce depuis 15 siècles, alliés des pouvoirs politiques les plus mortifères, ils n'ont semé que la haine et la cruauté. Et ce au nom de l'amour ! Quelle infamie !

  • #88

    Guy NOIRY (lundi, 02 avril 2018 15:27)

    Les religions sont à l'origine de plus de conflits, de massacres, d'agressions, de guerres, que toutes autres prétextes confondus.
    C'est bien pour cela qu'il faut interdire aux religions de se mêler de politique et de choix sociétaux partout dans le monde.
    Les hommes politiques ne valent pas mieux que les religieux. Les grands choix sociétaux comme celui ci ne devrait relever que de la vraie démocratie: le suffrage universel direct.

  • #87

    Levaillant Françoise (lundi, 02 avril 2018 14:15)

    Madame, votre texte est admirable de justesse. Je vous appuie totalement. Merci.

  • #86

    STEVAERT Michel (lundi, 02 avril 2018 13:16)

    Votre texte est exceptionnel , d'exhaustivité, de courage, de clarté... Elevé dans la foi catholique (en Belgique cela signifie douze ans obligatoires de cours de religion, de 6 à 18 ans), je me suis éloigné du catholicisme tout en demeurant chrétien parce que Dieu ne peut être qu'amour et que les pratiques des autorités catholiques depuis 2 millénaires, dont vous citez quelques exemples oh combien interpellants , n'ont rien à voir avec un Dieu d'amour. De tout coeur avec vous. Michel.

  • #85

    Annick Joulin (lundi, 02 avril 2018 13:05)

    Merci et félicitations, Madame, pour cette argumentation. La mauvaise foi, l'hypocrisie,l' intolérance dans le passé de l'Eglise catholique est toujours d'actualité même si quelques chrétiens aiment et respectent vraiment les autres humains.La lutte continue contre les sectaires de tout poil .

  • #84

    PRUVOST Alain (lundi, 02 avril 2018 13:02)

    Merci Madame pour ce texte vivifiant. Les religions (toutes) nous apportent chaque jour leur lot de bassesses, de partis pris criminel et sans nuance, donnant ainsi la preuve de leur déconnection d'avec le monde réel. Il est regrettable, et en même temps symptomatique, de voir avec quelle morgue elles décident de ce qui est bon ou mauvais pour les humains. "Tu ne tueras point" disent elles, mais elles oublient ce qu'a dit à son époque je ne sais plus quel religieux au moment de la Saint Barthélémy " tués les tous, Dieu reconnaîtra les siens!". Les religions n'ont qu'une chose a faire : se taire et respecter les lois de la République (LAÏQUE, UNE ET INDIVISIBLE)... Comment les politiques (de tous bords) peuvent laisser les religieux interférer dans la vie publique, il n'est que de voir la puissance de "lobbying" de l'Église catholique a Bruxelles (avec les grosses multinationales) pour prendre conscience de leur pouvoir de nuisance. Les politiques qui les écoutent et vont dans leur sens, sont des hypocrites qui veulent a toutes fins rester du côté du manche... Quand nous débarrasserons-nous de cet asservissement ??? En tout cas, bravo encore pour votre prise de position et de votre implication dan ce combat pour le droit de mourir dans la dignité. De tout coeur avec vous...

  • #83

    SEVESTRE Joëlle (lundi, 02 avril 2018 11:36)

    Merci

  • #82

    Damien Lemal (lundi, 02 avril 2018 10:15)

    @RAGUSA Jean-Luc (#81) : c'est ce que que j'ai toujours pensé des religions, à la virgule près ! Vraiment, je n'aurais pas mieux dit ! La victoire semble impossible contre des sectes aussi puissantes, mais elles finiront par tomber toutes, les unes après les autres, de leurs contradictions, de leurs ignominies, de leurs hypocrisies outrancières ! Les consciences sont en cours d'éveil même si c'est bien trop lent à mon goût ...

  • #81

    RAGUSA Jean-Luc. (lundi, 02 avril 2018 09:14)

    Les religions ont eu le temps de s'installer et d'être reconnues avant que l'on se décide à trouver une définition pour désigner une secte.
    Il nous reste à avoir le courage de désigner les religions, toutes les religions, comme les reines des sectes ; celles des plus dangereuses parce qu'elles ont eu le temps de se structurer et de prendre des droits, même sur ceux qui ne veulent pas en entendre parler.
    Si le diable devait exister alors que les religions n'existeraient pas, rassurez-vous il se dépêcherait de les inventer pour mieux faire souffrir. La religion ne sert qu'à ceux qui veulent exercer un pouvoir sur leur congénères ; leur trouver des arguments pour faire la guerre au nom de Dieu ; leur trouver des excuses à toutes les saloperies pour plus facilement les obliger à en faire d'autres.

  • #80

    Lu Martin (lundi, 02 avril 2018 08:13)

    Que rajouter à ce texte magnifique ? Ce sont les cellules malades qui tuent, ce ne sont pas les mains qui délivrent la potion ultime. L’Eglise catholique qui a montré son « humanité « au fil des siècles, n’est pas la mieux placée pour interdire ! Les religions n’ont pas à se mêler à ce débat : qu’elles conseillent leurs pratiquants s’ils veulent bien les entendre, les autres sont libres de leurs corps.

  • #79

    Fabien Dechelotte (dimanche, 01 avril 2018 23:33)

    18 siècles de domination des âmes et des corps, et malgré la séparation de l'Eglise et de l'Etat (séparation toute relative dans sa réalité), celle-ci toujours avec ses vieux démons, récidive. Mon corps et mon esprit m'appartiennent comme mon droit à une fin de vie digne et choisie !!!

  • #78

    BRUN Martine (dimanche, 01 avril 2018 22:43)

    Bonsoir,
    Tout à fait d'accord avec votre texte. Cependant je ne dirais pas que ce sont les religions qui sont nuisibles, ce sont les Hommes qui les font. L'abbé Pierre par exemple n'a jamais été nuisible, bien au contraire et il y a bien d'autres religieux et religieuses qui ont compris que Dieu étant amour, on ne peut que se mettre au service de ses "frères et sœurs" et non les laisser souffrir. Par ailleurs, je n'ai jamais entendu parler de prêtres qui soient restés des années dans la souffrance et dans la "non-vie", statistiquement il devrait y en avoir quelques-uns... "tu ne tueras point" s'applique-t-il vraiment à tout le monde ?

  • #77

    Légal J C (dimanche, 01 avril 2018 22:13)

    Dieu invention du premier Ingénieur des ressouces Humaines afin de faire des êtres Humains une masse facilement manipulable... Des moutons...
    Je n'arrive pas a comprendre que les peuples n'aient pas encore vu la tromperie.Toutes les religions ont tuées, massacrées , ça continue et c'est loin d'etre fini... Pour moi, un seul Dieu, celui qui me permet de vivre: :: LeSoleil... Je n'attente pas au droit de croire de chacun, je cherche a mener les gens vers l'analyse, d'ou naitra l'amitié et l'Amour des autres...

  • #76

    Verger M (dimanche, 01 avril 2018 19:59)

    Personnellement n'étant pas croyante ,je n'attache aucune importance à des idées rétrogrades ,moi ce que je vois c'est la personne qui souffre et qui n'a pas d'espoir de guérison , j'ai été très malade sans savoir si j'allais guérir alors j'aurai aimé avoir le choix de mourir si je n'avais plus d'espoir et trop de souffrance .Maintenant peut-etre faut-il en passer par là pour comprendre ,je ne sais pas .

  • #75

    Lucette Houy (dimanche, 01 avril 2018 19:50)

    TRES BELLE LETTRE, suivie de réflexions toutes profondes et très pertinentes où tout est dit avec
    force, j'approuve complètement, d'autant plus vivement que je viens de perdre ma soeur suite à 81 ans (8 ans d' Alzeimer) bien traitée mais à la fin de sa vie pas moins inexorablement et atroce : faim et déshydratation pendant plusieurs jours refusant nourriture et perfusions et autres depuis plusieurs
    semaines, FIN de vie qu'on attendait ! j'ai souhaité ardemment qu'on l'abrège en douceur : NON catégorique car interdit, on s'est voulu rassurant en me disant qu'elle ne souffrait pas, FAUX j'en suis sûre, je le voyais, je le sentais dans son regard intense, ses efforts pour tenter de me le dire quand le elle le pouvait, retombant rapidement dans un état d'inconscience léger.
    MOI, horrifiée et impuissante, ne pouvant être que présente pour lui tenir la main qu'elle retenait,
    dans l'attente d'un nouveau sursaut d'éveil. Elle est décédée SEULE (comment ?) le lundi 26 mars à 23 heures.
    Que tous ceux qui n'ont pas vécu cela y réfléchissent.
    Que de mal représentent ses religions d'un autre temps, ses abus de pouvoir, voire du mercantilisme ?
    mais de plus, grand manque d'humanité tout simplement et beaucoup d'indifférence s'y ajoutent.

    Alors je soutiens de tout coeur votre BEAU mouvement en partageant la réflexion de Guylaine Berne,
    comment faire pour sensibiliser davantage encore ? atteindre les ignorants qui risquent de le rester ?
    et les pouvoirs politiques, ceux placés en plus haut lieux ? TOUS seront touchés un jour......
    Bon courage et toute mon admiration réitérée.












  • #74

    Damien Lemal (dimanche, 01 avril 2018)

    J’apporte une correction importante à mon commentaire #56 : j’adresse toute ma reconnaissance à Danièle Pierra ! Dans mon empressement je n’avais guère prêté attention à l’auteur, tant le contenu de cette tribune est entré en résonance avec mes propres convictions. Merci encore pour tant de justesse, celle qui ne peut venir que du cœur.

  • #73

    Claudine LOYSEL (dimanche, 01 avril 2018 18:55)

    Vous avez exprimé exactement mon ressenti. L'intervention religieuse dans la fin de vie est scandaleuse. Il faut continuer à nous battre jusqu'au vote d'une loi de liberté.
    Bravo et Merci.

  • #72

    Lil Paris (dimanche, 01 avril 2018 18:10)

    L avis des évêques me preoccupe moins que la passivité des medecins qui sont confrontes a ces morts douloureuses insupportables et devraient agir pour que l on ait enfin acces a une loi humaine au lieu de cette loi hypocrite sournoise voulant ménager les convictions supposées des uns et des autres..Je m indigne que tant de discussions aient abouti a ce texte hybride Levez vous medecins resolus..faites entendre la voix de l humain denoncez cette loi insuffisante ..faites preuve d engagement de compassion d empathie..Pourquoi le pays des droits de l homme se montre t il si rétrograde..sur ce sujet majeur..

  • #71

    monique (dimanche, 01 avril 2018 18:06)

    quel joli texte et quel courage
    Espère que la force du peuple aura raison de l'obscurantisme

  • #70

    jondeau bernard (dimanche, 01 avril 2018 17:59)

    un grand bravo à toutes les personnes qui réagissent aux propos hypocrites et scandaleux de ces évêques qui ne représentent plus rien et qui sont complètement à côté de leurs baskets.
    oui , les religions sont devenues un véritable boulet pour l'humanité: après avoir freiné les progrès des sciences pendant des siècles , elles ne savent plus quoi inventer pour nous empêcher de vivre et de mourir sans d'inutiles souffrances.

  • #69

    Janine Michaud (dimanche, 01 avril 2018 17:55)

    J'ai déjà donné mon point de vue dans plusieurs messages dans le cadre de la pétition de Marie Godard et j'attends avec tellement d'impatience qu'enfin une loi soit votée et que nous puissions suivre l'exemple de la Suisse et de la Belgique où il n'est pas facile d'aller pour mettre un terme à ses souffrances

  • #68

    Patrice and Uma Ghirardi (dimanche, 01 avril 2018 17:36)

    Magnifique votre texte, chère Madame, très beau, touchant, vrai!
    Nous partageons votre révolte contre une église qui n'a jamais cessé de trahir le véritable message de Jésus depuis le temps où elle l'a recouvert du hideux linceul de mensonges derrière lequel elle abrite ses forfaits. Chose étrange, après tant de révoltes et de révolutions, l'impression que donne notre (jadis) valeureux pays est qu'elle n'a rien perdu de son pouvoir sur nos hommes et nos femmes politiques...

  • #67

    Rastoul (dimanche, 01 avril 2018 17:26)

    Il y a des gens qui croient (quelque soit la religion)pour pouvoir vivre.
    Pour ma part je passe mon temps(à plein temps) à espérer en l'espèce humaine et force est de constater que les religions ne sont pas l'avenir de l'humanité .(conflits sans fin...).
    Alors je n'ai aucun besoin de l'avis de religieux quelque soit la religion.
    Ma mort n'appartient qu'à moi et basta!!!!

  • #66

    TISEAUX Christine (dimanche, 01 avril 2018 17:26)

    Il y a de moins en moins de catholiques et pourtant l'église se comporte comme si elle était toujours représentative de la plus grande majorité d'entre nous. Qu'ils s'occupent des catholiques, qui pour la plupart, comme moi, ont abandonné cette religion depuis longtemps. Ils sont homophobes... mais ils protègent leurs prêtres pédophiles... Ils sont contre le préservatif.... mais aussi contre l'avortement.... Ils sont riches, très très riches, et organisent leur faillite (voir l'église catholique américaine) pour ne pas indemniser les victimes de pédophilie... Et je ne parle même pas de la place des femmes dans cette religion... Leurs prêtres ont des enfants, l'église s'en occupe... mais silence, il ne faut pas que les prêtres se marient ! Ils mentent, ils trichent depuis des siècles, moi, ce qui m'étonne, c'est qu'on les écoute encore !

  • #65

    Danièle Gorin (dimanche, 01 avril 2018 17:10)

    j'approuve entièrement votre réponse aux évêques, tout ceci n'est qu'hypocrisie et insensibilité face aux douleurs physiques et psychiques, je ne suis pas catholique, plutôt d'obédience bouddhiste, je crois en la vie après la vie et avant, et ce n'est pas ce genre de discours doloriste qui risque de me faire changer.... mais appliquent-ils à eux-mêmes ce qu'ils pronent, cela reste à prouver

  • #64

    Catherine Gouton (dimanche, 01 avril 2018 16:57)

    Et la charité "chrétienne" ? et la compassion ? Est-ce faire preuve de charité et de compassion que d'empêcher la fin de la souffrance de son prochain ? Celui qui veut souffrir au nom de sa religion, qu'il souffre s'il le veut ! mais qu'il ne juge pas celui qui décide d'aider l'autre et lui éviter la souffrance.

  • #63

    Isler Sylvie (dimanche, 01 avril 2018 16:33)

    merci ,depuis le début de mes études d'infirmière j'ai vu de nombreux cas et de rare médecins ,passant outre, les aider en nous demandant de préparer le" cocktail " malheureusement avec la possibilité d'un refus . J'espère que cette loi va finir par être votée afin que l'être humain puisse partir dignement ,qu'on autorise ce que nous accordons facilement à nos animaux : une mort sans souffrance .

Partagez

LE CHOIX - CITOYENS POUR UNE MORT CHOISIE 

BP 26

81170 Cordes-sur-Ciel