Les membres du Collège décisionnel du CHOIX

« À mal nommer les choses, on introduit du désordre dans le monde. » Cette phrase de Camus (trop souvent utilisée à tort et à travers) prend tout son sens dans le débat sémantique concernant la fin de vie. Deux exemples : 1) Sur l’euthanasie, le suicide médicalement assisté et le suicide assisté. Rappel : si la loi que nous appelons de nos vœux existait en France, l’euthanasie serait un acte pratiqué par un membre du corps médical sur un patient en fin de vie...
Par Philippe Bataille , Marie Godard et Nathalie Gueirard Debernardi, pour l’association le Choix - Citoyens pour une mort choisie — 16 avril 2018 à 17:26 (mis à jour à 17:42) TRIBUNE PARUE DANS LIBÉRATION LE 16 AVRIL 2018 La proposition de loi de Jean-Louis Touraine ne s’adresse qu’à des malades qui sont à l’agonie, elle ne prend pas en compte tous ceux qui ne veulent pas arriver à ce stade. Fin de vie : une affaire de médecins et de loi En France, il n’existe toujours pas...

Partagez

LE CHOIX - CITOYENS POUR UNE MORT CHOISIE 

BP 26

81170 Cordes-sur-Ciel